Solidarité avec le peuple palestinien

Pour le Droit international et la Justice

Pour la défense de la liberté de s’exprimer et d’agir

12 militants de la solidarité avec le peuple palestinien condamnés à Mulhouse par la Cour de Cassation

La Cour de Cassation a confirmé le 20 octobre 2015 la condamnation par la Cour d’appel de Colmar de 12 militants qui avaient appelé au boycott des produits israéliens lors de deux actions à l’hypermarché Carrefour, en 2009 et 2010. Ces actions non violentes et non racistes avaient pour but d’infléchir la position de la France et d’Israël dans le conflit colonial qui ansanglante la Palestine depuis plusieurs décennies.

Le boycott est une forme d’action fréquemment utilisée dans la cadre des luttes anticoloniales, notamment par Gandhi contre l’empire britannique. Notre génération a surtout connu, voire participé au boycott de l’Afrique du Sud pour lutter contre l’apartheid.

Les actions judiciaires contre les militants ont été diligentées par le gouvernement sous pression d’associations pro-israéliennes (le CRIF a reconnu être à la manoeuvre). Mme Alliot-Marie, alors ministre de la Justice avait demandé aux procureurs généraux de poursuivre les militants de la Campagne BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions). Mme Taubira a toujours refusé de retirer cette circulaire ministérielle.

En 2011 Israël votait une loi anti-boycott qu’Amnesty International considérait comme une attaque contre la liberté d’expression. La France est depuis le 20 octobre le seul Etat avec Israël à s’attaquer à ce droit de boycotter.

La Campagne BDS a pour but de faire reconnaitre les droits fondamentaux des Palestiniens et d’imposer la fin du statut quo :

  • la fin de l’occupation et de la colonisation des territoires palestiniens 
  • la fin du blocus de Gaza violant les droits de l’homme
  • la reconnaissance des droits des réfugiés palestiniens expulsés en 1948 principalement dans les pays voisins : Liban, Jordanie, Syrie,...
  • L’égalité des droits pour les Palestiniens citoyens israéliens (20% de la population) 

 

Nous voulons faire reconnaître nos droits de solidarité avec la Palestine, trop souvent censurés. Nous voulons que la liberté d’expression soit de nouveau reconnue en France. Pour pouvoir déposer une requête auprès de la Cour Européenne des Droits de l’Homme de Strasbourg (CEDH), nous faisons appel à la solidarité financière 

APPEL A LA SOLIDARITE FINANCIERE

La procédure judiciaire, les condamnations et le recours à la CEDH coûtent très cher. Les organisations membres de la « Coordination Mulhouse/Palestine » lancent une campagne urgente de solidarité financière avec nos camarades.

Nous avons déjà récolté des dons pendant les 6 ans de procédure jusqu’au recours en cassation et nous vous remercions de votre générosité. Nous vous sollicitons une nouvelle fois pour nous permettre de faire reconnaitre le boycott comme une liberté d’expression qui a pour objet l’arrêt d’une politique criminelle. Une liberté d’expression qui sert à l’ensemble de nos concitoyens.

Les dons seront mutualisés au sein de la coordination Mulhouse-Palestine

Merci ! 

  • PAR CARTE BANCAIRE :

Sécurisé, simple, anonyme, ne pas oublier de valider le don en entrant le code reçu par SMS ou mail

ICI : https://www.lepotcommun.fr/pot/0zd1ian0

  • PAR CHEQUE

 à l’ordre de : 

Association Justice Pour La Palestine

A expédier chez   Mme TRICHINE

33, bd de l’Europe

68100 Mulhouse

Contact : tel : 06 23 63 65 23

Justice Pour la Palestine est membre de la coordination Mulhouse-Palestine