SIF-JCDECAUX

Le CRIF, spécialiste de la censure de la Palestine, vient d'obtenir de JC Decaux l'arrêt d'une campagne publicitaire d'une ONG en faveur des victimes de la guerre de Gaza qui a fait plus de 2100 morts et dizaines de milliers de blessés, et des destructions massives des infrastructures et habitations. Depuis des milliers de familles  gazaouis vivent sans abris et dans le plus grand dénuement, il n'y a pas de chauffage ni d'eau potable. La reconstruction tarde pour la "sécurité d'Israël". Autrement dit les Palestiniens peuvent crever!

Le secours islamique a lancé une campagne de don à l'aide d'affichages publicitaires montrant des ruines à l'intérieur du contour d'un visage d'enfant et le nom "Palestine". Cette campagne ne fait mention ni d'Israël ni du Hamas puisque son but n'est pas politique mais humanitaire. Voir le détail de la campagne : reconstruction d'écoles et de mini-stations d'épuration. Il est juste question de donner de l'argent pour les victimes de Gaza. En quoi est-ce un délit? En quoi cela gêne-t-il les Juifs français?

C'est normalement à Israël de payer la reconstruction des infrastructures de Gaza qu'il a détruites, mais peut-on attendre quelque chose de positif après le carnage de l'été 2014 qui a suivi ceux de 2012, 2009 et 2006, alors que la communauté  est incapable de le mettre sous contraire et de le sanctionner pour ses crimes de guerre?  L'Etat criminel a même réussi la prouesse de tirer profit de la reconstruction au nom de la sécurité d'Israël ICI

Face aux déficiences internationales il est tout à fait louable de prendre les devants plutôt que d'attendre un droit qui ne vient pas, et de donner un peut d'humanité aux Gazaouis sans logis, sans électricité et sans eau potable.

Cela en était trop pour le CRIF. Cette réaction est d'autant plus surprenante que les ruines de Gaza sont des stigmates de la barbarie israélienne, quoiqu'en pense  le CRIF les immeubles ont bien été détruits par l'aviation israélienne et non par le Hamas, -on n'est pas tous des adeptes du révisionnisme ou du négationnisme des réalités historiques,- et Israël aurait tout intérêt pour sa réputation à une reconstruction rapide.

D'autre part, le CRIF établit une fois de plus un lien entre les Juifs de France, leur Conseil représentatif et Israël, un Etat criminel qui pratique l'apartheid.

Et puis, il est sidérant de voir qu'un lobby communautaire réussit à imposer ses désideratas dans une relation commerciale impliquant des tiers. Ces censures répétées sont très inquiétant pour notre démocratie et l'Etat de droit.

Extrait de l'article du CRIF :

  • Dès qu'il a pris connaissance de la campagne Palestine sur les abribus JC Decaux, qui représente des ruines (de Gaza ?) à travers la silhouette d'un visage d'enfant, le CRIF a adressé un courrier au Président et au DG de JC Decaux, il a notamment souligné :
  • "Cette campagne est un appel à la haine, haine d'Israël, qui se transformera en haine des Juifs, comme l'ont attesté les émeutes de cet été. Dans le contexte actuel de terrorisme – on a tiré sur une synagogue et deux commerces juifs du 19ème arrondissement la semaine dernière – cette campagne est particulièrement irresponsable.
  • Nous vous demandons donc de la suspendre sans délai (...) 
  • (...) l'équipe digitale du CRIF a lancé une contre-campagne sur les réseaux sociaux, suivie par près de 90.000 personnes, et partagée plus de 825 fois, pour montrer que c'était le Hamas qui était responsable de la destruction de Gaza. Robert Ejnes s'est entretenu avec le DG Stratégie de JC Decaux suite à ce courrier.  La campagne sera recouverte dans les 24h.