logo_udi

En prévoyant de voter majoritairement contre la résolution pour la reconnaissance d'un Etat palestinien, l'UDI rompt avec la position qui a toujours été celle de la France, pour adopter la position extrémiste israélienne qui ne veut faire aucune place aux Palestiniens et ne leur reconnaît aucun droit. 

Meyer Habib est député UDI des français de l'étranger pour la région du Moyen-Orient, représentant majoritairement les colons juifs de la Palestine d'origine française. Depuis quelques semaines on peut mieux connaître cet homme d'affaires franco-israélien, directeur général du groupe Vendôme à Paris spécialiste de joaillerie de luxe, ex-conseiller de Nétanyahou et sans doute toujours son émissaire en Europe, tant il se répand sur les médias télévisuels son idéologie colonialiste qui ne laisse aucune place à dire quels sont pour lui les droits qu'Israël pourrait accepter pour les Palestiniens : comme pour son employeur, ils n'en ont pas. (1)

Meyer Habib a au moins l'utilité de montrer aux Français la vrai nature de l'idéologie d'Israël et son véritable projet. Ci-dessous quelques unes de ses prises de positions. Noter aussi qu'il considère Elisabeth Guigou comme appartenant à l'extrême gauche. Tout est dit.

Concernant l'UDI il en est autrement. Ce parti qui se déclare au centre a succombé aux argument de son député extrémiste comme il affirme lui même sur Facebook : 

"Proposition de résolution de reconnaissance d'un Etat de Palestine. Lors de la réunion du groupe UDI à l’Assemblée Nationale ce matin, j’ai défendu avec Rudy Salles – qui posera une Question d’Actualité au Gouvernement à ce sujet demain – , le vote contre la proposition de résolution de reconnaissance d’un État palestinien. Malgré un vote hélas quasiment acquis du fait de la pression de l'extrême-gauche et de la frange anti-sioniste du Parti Socialiste, l'UDI, dans sa quasi-unanimité, ne votera pas pour cette proposition de résolution (une voix pour a priori). Une majorité votera contre ce texte, une partie s’abstiendra. Le président du parti UDI, Jean-Christophe Lagarde, et le président du groupe UDI à l’Assemblée Nationale, Philippe Vigier, voteront contre."

De plus, en votant contre un texte minimaliste présenté par les socialistes au parlement, l'UDI s'écarte de la position qui a toujours été celle de la France pour adopter celle d'Israël dont les faits sur le terrain nous montre qu'elle aboutira tôt ou tard à rayer la Palestine de la carte.

L'UDI ne peut plus être considéré comme un parti centriste. Ce n'est pas non plus un parti indépendant. 

(1) Meyer Habib : "La France doit comprendre que ce qui se passe actuellement au Proche Orient n’est pas une guerre de territoires mais un conflit religieux."