Une nouvelle production vidéo artistique palestinienne commémore le soixante-sixième anniversaire de Kufr Birim, un village palestinien longeant la frontière du Liban. Selon un communiqué de presse, la vidéo - "En votre absence" - vise à «retrouver l'esprit et la vie" de Kufr Birim, où de jeunes militants palestiniens ayant des liens ancestraux avec le village y sont retournés et ont commencé à camper en Août 2013.

Les Palestiniens commémorent le nettoyage ethnique de leur patrie - connu sous le nom de la Nakba (mot arabe pour «catastrophe») - chaque année le 15 mai, le jour en 1948, date à laquelle l'Etat d'Israël a été unilatéralement créé. Pourtant, les milices sionistes n'ont occupé et dépeuplé Kufr Birim et les autres communautés palestiniennes dans la région de Galilée que plus tard dans l'année, le 13 Novembre.

Ses chrétiens palestiniens indigènes ont été assurés qu'ils seraient autorisés à revenir après quelques semaines.

Les déplacés de l'intérieur

Cette promesse n'a jamais été tenue. En 1951, l'armée israélienne a utilisé des avions de guerre pour bombarder les maisons et les bâtiments à Kufr Birim, laissant seulement un cimetière et une église historique debout. Ceux qui avaient été forcés de quitter leurs maisons ont finalement accepté la citoyenneté israélienne et sont devenus des personnes déplacées à l'intérieur, empêchées de retourner au village.

Aujourd'hui, ils font partie des quelques 1,7 millions de Palestiniens musulmans, chrétiens et druzes qui vivent dans les villes et villages à travers le pays. En dépit de leur citoyenneté israélienne, ils font face à plus de cinquante lois discriminatoires qui limitent leur accès aux ressources de l'Etat et répriment l'expression politique, selon Adalah, un centre juridique sur Haïfa.

Depuis leur retour au village il y a près d'un an et demi, les militants de Kufr Bir'im ont été confrontés à un harcèlement constant des autorités territoriales israéliennes et de la police.

Réalisée et produite par Mohammad Khalil et financée par Elika Bar et Art, une galerie d'art palestinien et café à Haïfa, l'idée de filmer la vidéo musicale de Kufr Birim a été conçue par l'artiste et musicien palestinien Yazid Sadi.

Selon un communiqué de presse en langue arabe, l'art vidéo se fonde sur "un mélange de la culture palestinienne et internationale" afin de transmettre "le désir des réfugiés palestiniens de la diaspora [y compris les personnes déplacées à l'intérieur] à la suite de l'occupation de leurs terres et leur déplacement de leurs maisons ".

Il exprime "le désir de revenir" des réfugiés palestiniens sur leurs terres, ainsi que la manière d'être des citoyens d'Israël palestinien "en attendant que les réfugiés rentrent à la maison."

En utilisant des concepts de la philosophie islamique soufie, la vidéo comprend des actes et de la danse soufi moderne pour dépeindre «le moment où deux amants se touchent, malgré les points de contrôle et les longues distances", entre eux.

Elle montre une jeune femme et un homme dansant à travers les ruines de Kufr Birim, entre les maisons et les bâtiments détruits, mais ils ne peuvent pas se toucher. Saeed Tarabeh, un chanteur palestinien reconnu de Sakhnin (également en Galilée), chante la poésie arabe tandis que Pauline Laidet lit le texte poétique en langue française en arrière-plan.

"Je déclarer mon retour"

"Ils ne peuvent pas se toucher les uns les autres à cause des checkpoints et des frontières qui leur sont imposées," continue le communiqué de presse. La vidéo "exprime le droit au retour d'une manière créative» et cherche à ouvrir un dialogue sur les "réfugiés palestiniens dans leur patrie et la diaspora."

Le communiqué de presse poursuit en affirmant qu '«il est important de garder à l'esprit que le village palestinien de Kufr Birim a été occupée par les milices sionistes» comme des centaines d'autres villages occupés en 1948.

"En Août 2013," poursuit-il, « depuis Kufr Birim [les réfugiés encore vivants] retournés dans leur patrie ont annoncé au monde:". Je déclare mon retour »

Des dizaines d'artistes et de militants ont pris part à la production de "En votre absence."

Les descendants de réfugiés palestiniens de Iqrit, un autre village dépeuplé de Galilée en 1948 et détruit en 1951, sont également retournés sur leurs terres ancestrales, à l'été 2013.

 Traduit de ElectronicIntifada  par Justice Pour La Palestine

Photo-13