Angela Merkel et Netanyahou et leurs cabinets à Jérusalem février 2014

En tournée de conférences en Allemagne, le journaliste américain Max Blumenthal s'exprime sur le rôle de l'Allemagne dans le sort des Palestiniens, la censure, la situation des Palestiniens, la tournure religieuse que prend le conflit et l'intifada qui ne peut plus en être une sinon de façon sporadique et créative.

Lorsque la bande de Gaza a été attaqué au cours de l'été, Angela Merkel a promis de «se tenir à côté d'Israël." La chancelière allemande a fait beaucoup plus que d'offrir un soutien verbal pour les crimes d'Israël. Sous sa direction, le gouvernement de Berlin a équipé Israël des sous-marins qui transportent des armes nucléaires.

Certains hommes politiques allemands ont tenté de museler le débat sur Israël en dénonçant ses détracteurs comme antisémites. Le journaliste américain Max Blumenthal - auteur de Goliath : Vie et dégoût dans le Grand Israël - a été confronté à une telle insulte lors d'une tournée de conférences récente en Allemagne.

Un certain nombre d'élus ont allégué qu'un entretien programmé par Blumenthal et son collègue David Sheen dans un théâtre de Berlin servirait à «promouvoir des préjugés antisémites.". ceci était profondément ironique : Blumenthal et Sheen sont eux-mêmes juifs. Les politiciens qui les dénoncent n'ont pas réussi à produire des éléments de preuve qu'ils sont hostiles envers les autres Juifs.

Entretien de Blumenthal avec Emran Feroz à Stuttgart

Emran Feroz: Vous avez récemment assisté à la destruction causée par Israël dans la bande de Gaza. Quelles scènes ont eu le plus d'effet sur vous?

Max Blumenthal: Les opérations d'urgence ont dû être effectués dans des fauteuils de dentiste, tandis que les cadavres d'enfants ont dû être mis dans des boîtes de glace, qui ont été conçus à l'origine pour la crème glacée. Ce sont probablement les témoignages les plus choquants je entendu.

EF: Peu de temps après votre voyage à Gaza, vous avez commencé à utiliser le hashtag #JSIL (Jewish State In Levant / Etat juif Au Levant) sur Twitter. Faire ce genre de comparaison entre le groupe Etat islamique et Israël est un sujet tabou en Allemagne. Pourquoi as-tu osé faire cela?

MB: Il est étrange que vous assimilez, en Allemagne, l'IS avec le Hamas ou décriviez l'ensemble du mouvement national palestinien comme «héritiers des nazis», en même temps qu'il y a une telle indignation au sujet de mon rapport. Ce ne fut pas une comparaison directe, mais je voulais souligner l'hypocrisie derrière le soutien à un état religieux exclusif qui oblige les minorités sur son territoire tout en attaquer un autre.

EF: Mais en utilisant ce hashtag, vous devez suggérer que Israël et IS sont en quelque sorte similaire.

MB: Bien sûr, ils sont. L '«Etat juif» a des frontières internationalement reconnues. Le même se rapporte à l '«État islamique». Les deux constructions ont vu le jour après que la population indigène d'origine ont été partiellement expulsé et le nettoyage ethnique. Dans le cas d'Israël, c'était la population indigène palestinienne; dans le cas de l'IS [ce] sont les chrétiens, les Yézidis ou musulmans chiites. Les deux «pays» reposent sur une exclusivité religieuse dans le Levant. Et tous les deux pensent qu'ils représentent tous les musulmans et les juifs du monde entier et ainsi aider à inspirer des sentiments islamophobes et antisémites.

Tant l'Etat juif que l'État islamique recrutent des jeunes hommes confus du monde entier en tant que combattants étrangers pour se livrer à des atrocités. Quand les défenseurs d'Israël ont échoué à répondre aux comparaisons sur leurs mérites, ils ont tenté simplement de détourner le hashtag #JSIL en déclarant qu'il représente "l'Etat juif d'Israël vies."

EF: les combattants d'IS décapitent leurs victimes et ensuite diffusent les vidéos de décapitations sur YouTube et les médias sociaux. Les soldats israéliens font aussi ces vidéos?

MB: Lors de la dernière attaque sur Gaza, l'armée israélienne a tué des civils par les drones et les citoyens israéliens juifs célébraient les meurtres sur Facebook. Certains citoyens israéliens se sont rassemblés sur une colline dans la ville frontalière de Sderot et célébré le bombardement de l'armée avec des frites et de la bière. Je trouve que ce ne sont pas moins macabre et dégoûtant.

EF: Comment est présent l'extrémisme religieux, à l'intérieur de l'armée israélienne?

MB: Il est très présente. Une figure majeure de la dernière opération militaire dans la bande de Gaza était le commandant Ofer Winter, qui a été célébré comme un héros national. Avant la mission Winter a dit à ses troupes, que les Palestiniens avaient péché contre Dieu et donc tous doivent être punis.
Donc, il a déclaré littéralement une «guerre sainte» contre le peuple palestinien. Ce n'est pas la seule façon dont Winter a exprimé l'extrémisme religieux qui est en hausse dans la société israélienne. Dans un cas, une chanteuse israélienne voulait jouer devant des soldats de Winter. Il a refusé l'autorisation de le faire et a dit qu'une femme n'a pas le droit de le faire.

EF: Beaucoup de femmes font partie de l'armée israélienne. Ceci est célébré dans ce qui sont effectiviement des campagnes de promotion pour Israël. Comment peuvent-ilsl être la misogynie dans l'armée israélienne s'il y a beaucoup de membres de sexe féminin?

MB: Ce qui est pas mentionné c'est qu'il est plus probable que ces femmes sont agressées par leurs homologues masculins dans l'armée que par les Palestiniens. Je pense que seuls les féministes impérialistes soutiennent que les femmes peuvent être émancipés dans une armée comme celle d'Israël.
De bons exemples de ce type de féminisme sont des personnalités politiques comme Samantha Power ou Angela Merkel ou Tzipi Livni parce que leur marque particulière du féminisme va de pair avec les intérêts impérialistes des puissances occidentales qui sont tellement investies dans la majorité des pays musulmans, où la population est dépeinte comme culturellement arriéré et dans le besoin de «libération».

EF: Lors de la dernière attaque sur Gaza, la famille de Ibrahim Kilani - qui sont des citoyens allemands - ont été tués. Son fils Ramsès, qui vit en Allemagne, a déclaré que jusqu'à aujourd'hui personne ne lui a présenté des excuses. Le gouvernement allemand ne l'a pas appelé une seule fois. Comment pouvez-vous expliquer ce comportement?

MB: Le comportement du gouvernement allemand ne montre pas seulement le manque d'intérêt pour les droits des Palestiniens, mais aussi pour leurs vies. La vie de ces personnes est pratiquement inexistante en Allemagne. Ils sont les nouveaux «non-personnes». Le ministre allemand des Affaires étrangères a publié ses condoléances pour les familles des citoyens allemands tués sur un avion de ligne sur l'est de l'Ukraine, peut-être par les séparatistes russes. Mais ils ont rien dit à la famille Kilani. La négation de la vie des Palestiniens a été la politique allemande depuis les jours de Konrad Adenauer [chancelier de l'Allemagne de l'Ouest de 1949 à 1963]. En ces jours-là Israël n'a eu aucun problème à négocier sur les réparations de l'Holocauste avec le chef de la chancellerie, Hans Globke, qui était un nazi connu sous le Troisième Reich. Ce flux de trésorerie provenant de l'Allemagne est allé directement à la machine de l'occupation israélienne qui a fait des Palestiniens victimes indirectes de l'Holocauste. L'effusion de sang actuel est le résultat de cette politique et tout Allemand doit se poser la question: comment cette politique peut-elle honorer l'Holocauste?

EF: Votre volonté de faire de telles déclarations explique sans doute pourquoi certains hommes politiques allemands ne veulent pas vous voir ici en Allemagne. Qu'est-ce qui vous est arrivé exactement?

MB: Certains hommes politiques, tels que Volker Beck, un parlementaire du Parti vert allemand, ont lancé une campagne pour nous faire taire - moi et le journaliste David Sheen. La raison à cela est le fait qu'ils ne veulent pas savoir une autre version du judaïsme et ils ne veulent certainement pas à entendre parler des faits sur le terrain. 

Leur attitude favorise réellement l'antisémitisme. Il est tout simplement antisémite d'assimiler le sionisme au judaïsme et de limiter l'identité juive aux limites étroites de nationalisme israélien. Pour un politicien non-juif faire cela est au-delà du dégoûtant.

EF: La bande de Gaza reste détruite. Et, selon certains médias, une troisième intifada qui va se passer dans la Cisjordanie occupée. Est-ce vraiment le cas ou est-ce juste alarmistes?

MB: L'année dernière, la mosquée al-Aqsa [à Jérusalem] a été prise d'assaut «seulement» huit fois par des soldats israéliens. Cette année, c'est arrivé 76 fois. Des éléments religieux radicaux ont annoncé qu'ils veulent démolir la mosquée pour construire un temple juif. Si cela se produit, la situation aura des répercussions mondiales qui approcheront de la apocalyptique.

Le conflit entier prend une dimension religieuse, qui est dévastatrice pour toutes les parties concernées, et, comme je l'ai dit, cela fera la promotion de la radicalisation dans le monde entier. Je pense que la troisième intifada est en fait à la porte. Cependant, je crois que ce mot - Intifada - ne décrit pas de manière adéquate la situation. Il n'est pas suffisamment efficace pour décrire ce qui se passe réellement. A ce moment - dans le cas de la première et deuxième Intifada - ce terme était approprié. Maintenant, avec de nombreux dirigeants politiques palestiniens dans les prisons ou morts et une telle matrice complexe de contrôle qui leur est imposée, une révolte nationale ne peut avoir lieu. Ce que nous voyons est la résistance créative avec des moyens limités qui se produisent au niveau national, mais à des moments sporadiques.

Et il se poursuivra et s'intensifiera aussi longtemps que le statu quo est en place. C'est ce statu quo mortel que la politique étrangère allemande protège et promeut.

Emran Feroz est un journaliste indépendant, blogueur et militant basé en Allemagne. Il est également le fondateur de Drone Memorial, une liste de sites internet victimes d'attaques de drones. Son compte Twitter estEmran_Feroz

Traduit par Justice Pour La Palestine d'après Electronic Intifada

Lire aussi en anglais de MAx Blumenthal  : Comment l'Allemagne honore l'holocaust suite à la livraison de sous-marins nucléaires