carte-israel-palestine

550 personnalités israéliennes dont d'anciens ministres et députés ont écrit au parlement espagnol pour lui demander de reconnaître l'Etat palestinien.

"Nous, les citoyens d'Israël qui veulent la paix et la sécurité, préoccupés par l'impasse politique et la poursuite de l'occupation et la colonisation, conduisant à des conflits avec les Palestiniens et torpiller toute possibilité d'un règlement" et "Il est clair pour nous les chances de survie et la sécurité d'Israël dépend de la création d'un État palestinien sur les bases des frontières de 67" et enfin : "votre initiative de reconnaître l'Etat de Palestine favorisera les chances de paix et encouragera Israéliens et Palestiniens à résoudre le conflit". Citons parmi les signataires Avraham Burg et Yossi Sarid et Yaël Dayan.

Si le choix de l'Espagne se justifie par le prochain accès de ce pays au Conseil de sécurité de l'ONU. On peut regretter que l'image de la France, représentée par le triumvirat Hollande-Valls-Fabius, apparaisse suffisamment bloquée par un lobby le plus réactionnaire et proche de l'extrême droite israélienne raciste et criminelle, pour ne pas susciter l'intérêt de ces personnalités. Leur stratégie de contournement et d'isolement de la France aura cependant un effet bénéfique et la France devra elle aussi agir d emanière sensée, réaliste et juste.

Attention cependant à ne pas nous laisser bercer par cette nouvelle chimère. Si la reconnaissance de l'Etat palestinien peut-être un électrochoc qui permette aux Juifs israéliens et leurs supporters de réfléchir à l'impasse dans laquelle ils se trouvent, elle n'apportera pas plus en soi que les accords "de paix" d'Oslo" vaste escroquerie qui a permis à Israël de se défaire de sa responsabilité en créant une Autorité palestinienne, et qui a vu l'infecte colonisation doubler pendant les cinq ans de négociations. Aujourd'hui encore les accords d'Oslo ne présentent d'obligations que pour les Palestiniens.